Une expérience à partager

Notre deuxième billet se voulait une suite naturelle au premier. Mais je dois modifier le sujet. Un commentaire d'un dirigeant d'une entreprise avec une masse salariale d"un peu plus de $ 1 500 000 par année m'a complètement "scié en deux" et je me dois de partager cette rencontre avec vous. L'identification de ce dirigeant est confidentielle pour des raisons évidentes!

"Pierre, Jean, Jacques" dirige de main de fer une entreprise qui lui appartient. Il se plaint que ses coûts de système à la CNESST commence à peser lourd sur son bilan annuel! Il trouve que son département des ressources humaines a de la difficulté à gérer les lésions professionnelles qui surviennent dans son entreprise.

Le commentaire de ce dirigeant nous interpelle au plus haut point. Le voici: "Nous n'avons pas besoin en ce moment de modifier notre façon de faire. Il n'est pas question de dépenser du temps et de l'argent pour créer des protocoles d'intervention qui ne sont pas nécessaires. Tout ce que nous recherchons, c'est de contrôler nos coûts directs en matière d'accidents de travail chez nous, sans plus".

Voilà le noeud du problème chez beaucoup d'entreprises avec une masse salariale comparable. Pour eux, gérer au quotidien la problématique des lésions professionnelles ne fait pas partie de leurs priorités. Mais lorsque les conséquences d'une gestion "désordonnée" influent sur la facture mensuelle (prime à payer), ils mettent le blâme sur les autres et surtout la CNESST!

La semaine prochaine, nous reviendrons sur le sujet et nous allons vous exposer ce que CASST fait dans ces circonstances pour alléger les coûts de système de ce type d'entreprise.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://casst.ca/blog/index.php?trackback/8

Haut de page